Quasiturbine> Produit > Gén. embarquée

 


Proposition pour une synergie
Quasiturbine et génératrice moteur-roue

Électrification des transports
Pour un Projet National de

« Génératrice Quasiturbine Embarquée »
pour véhicules (hybrides) branchables
(prolongateur d'autonomie)
www.quasiturbine.com/FFProductQTGeneratriceEmbarquee.htm


Il est illusoire de relancer au Québec l'aventure du moteur roue
compte tenu de la perte de l'avance technologique en ce domaine,
mais comme il faudra une génératrice embarquée
dans chaque véhicule (hybride)  branchable (prolongateur d'autonomie),
« l'avance technologique québécoise sur la Quasiturbine »
permettrait de lancer un véritable projet national,
dont des dizaines de millions de copies seront nécessaires
à l'industrie de l'automobile et des véhicules utilitaires d'ici quelques années.


Une Synergie

Un rapprochement Quasiturbine et génératrice moteur-roue pourrait mettre le Québec / Canada sur la carte... d'autant plus que l'industrie est encore imprévoyante à l'égard de ce besoin particulier en génératrice embarquée (prolongateur d'autonomie), et elle sera le moment venu, prise par surprise par une forte et exigeante demande...

Un « Projet National de Génératrice Quasiturbine Embarquée » pour véhicules (hybrides) branchables requière une capacité initiale d'environ 20 CV (pour l'automobile), multi carburant, efficace, compact, silencieuse et sans vibration. Des caractéristiques naturelles à la Quasiturbine, qui pourraient s'étendre aux véhicules lourds et hors routes.

Ce projet permettrait de recycler une partie du savoir faire de la génératrice moteur-roue (moins exigeant en contrôle que la fonction moteur sur véhicule), et de tirer partie de l'avance technologique et des brevets Quasiturbine pour surpasser les autres technologies motrices.

Voilà une possibilité de contribution nationale
à l'électrification des transport,
à la fois enrichissante pour le pays,
et écologique pour la planète !


Une Intégration Monolithique

Pourquoi la synergie Quasiturbine moteur-roue serait-elle gagnante? Alors que les concepts conventionnels juxtaposent un moteur et une génératrice, la géométrie compacte et le centre creux de la Quasiturbine permettent un intégration monolithique d'une génératrice annulaire, contre laquelle les concepts conventionnels ne pourront pas sérieusement compétitionner.

Miser sur cette intégration annulaire unique et sans vibration permettra d'offrir aux véhicules  (hybrides) branchables le groupe générateur exigeant qu'elles anticipent.


Options de Génératrices

Il va sans dire que le projet pourrait être réalisé avec des génératrices conventionnelles moins efficaces et plus volumineuse, dont l'intégration serait certainement moins élégante.

C'est pourquoi il faut marier le meilleur moteur Quasiturbine à la meilleure génératrice moteur-roue.


Marchés Visés

En sus du marché des véhicules (hybrides) branchables qui requerront éventuellement plusieurs dizaines de millions d'unités par années, un tel groupe générateur pourrait avantageusement combler des besoins dans le domaine de la mobilité, dont celui des plaisanciers du caravaning RV, et des embarcations de plaisances... auquel s'ajouterait les usages utilitaires, lourds, hors routes et stationnaires.

Pour le moment, tous (au Canada) ne voient pas l'intérêt de la Quasiturbine en transport. Même si presque 100 % de la < force motrice mobile mondiale > vient aujourd'hui de la combustion et le restera pour les décennies de transition avenir, la venue de moteurs plus performants est déraisonnablement évacuée de toutes solutions écologiques, même de transition. Par exemple, dans son rapport de novembre 2010 sur la mobilité en transport, le « Réseau Ingénieurs » du Québec
http://www.reseauiq.qc.ca/fr/discussion/enquete_etudes/mobilitedurable.html
n'insiste pas sur le développement de moteurs plus performants en transport, bien qu'il supporte les bio-carburants de la seconde génération (auquel s'ajouteront les carburants synthétiques-nucléaires du futur...), et soutient la voiture électrique, sans toutefois prioriser l'incontournable « prolongateurs d'autonomie » à carburant nécessitant de meilleurs moteurs. Cette position rejoint l'apparente position historique de ITAQ - L'Institut du transport avancé du Québec www.itaq.qc.ca et celle du CNTA - Centre national du transport avancé du Québec www.cnta.ca , lesquels s'abstiennent toujours d'afficher un quelconque intérêt envers la Quasiturbine comme solutions technologiques en transport durable. Peut-être répercutent-ils simplement l'abstention des Ministères de l'énergie du Québec et du Canada (les meneurs de jeu)? Peut-être ont-ils tous raison ou intérêt à ne pas voir? A moins que ce soit qu'une simple question de temps et d'évolution...

Pendant ce temps à l'étranger, nombreux sont ceux et celles qui voient déjà la Quasiturbine occuper une place importante dans le domaine de la mobilité en transport durable. Voir par exemple:

May 2009 - Next Generation Vehicles
A STUDY ON SUITABILITY OF
QUASITURBINE ENGINES FOR NEW AGE CARS

by Manmatthan    http://nextgenvehicles.blogspot.com


Prolongateur Quasiturbine à fusion-froide?

La fusion-froide semble acquérir ses lettres de noblesse depuis sa reconnaissance par la NASA en 2011 http://technologygateway.nasa.gov/media/CC/lenr/lenr.html
Le plus important battage publicitaire vient du professeur Andrea Rossi et son « e-Cat (Energy CATalyser) » http://rossifocardifusion.com  http://www.fusion-froide.net  http://www.journal-of-nuclear-physics.com/?p=360 un réacteur à fusion-froide prévoyant produire 10 kW de chaleur, avec un cœur gros comme une pile D. La vapeur pourrait être utilisée dans le domaine des transports, car un « e-Cat » d’un demi litre pourrait générer 100 kW thermique, soit suffisamment pour actionner une Quasiturbine produisant 20 kWe en prolongateur d’autonomie pour une voiture électrique.

Suite à une bisbille, le franchisé initial de e-Cat (Defkalion-Energy) a lancé sa propre technologie nommée « Hyperion » basée sur d'autres noyaux atomiques
http://www.defkalion-energy.com/files/HyperionSpecsSheetNovember2011.pdf .
Pour mettre ces technologies en perspectives, il faut savoir qu'aucun état stationnaire n'a semble-t-il encore été atteint, et qu'en mode transitoire, « e-Cat » annonce une production de chaleur de 6 fois l'énergie incidente, comparativement à « Hyperion » qui annonce 32 fois. Les 2 entreprises sont au fait de l'existence de la technologie Quasiturbine vapeur.


Quasiturbine


Quasiturbine QT5LSC pneumatique
(la plus petite QT.6LSC est montrée à droite)
Utilisable avec des pressions différentielles aussi faible que 10 à 50 psi!


La Quasiturbine QT5LSC Pneumatique (semblable à la
600 cc montrée ici sans différentiel, ni arbre central).
Chaque chambre a un volume de 600 cc et la rotation balaye 8 volumes par révolution
(4 en haut, 4 en bas) pour un total de 4,8 litres par révolution.
À 500 RPM, cela correspond à 2,5 mètres cubes par minute à l'entrée!


www.quasiturbine.com

Référence 2012.10.09: Le Point.fr
Alors qu'il semblait condamné, le rotatif a un avenir comme prolongateur d'autonomie.
http://www.lepoint.fr/auto-addict/innovations/l-hybride-va-ressusciter-le-moteur-rotatif-09-10-2012-1515113_652.php 

Le parallèle entre le cheminement du Moteur-Roue et la Quasiturbine?
www.pureinvention.com/MoteurRoue